Que se passe-t-il autour de Kabila ?

Cette question est de plus en plus au centre de toutes les conversations dans pratiquement tous les salons de la capitale. En effet, sans s’être préalablement concertés, beaucoup de gens, et parmi eux quelques diplomates d’influence, commencent à voir tous l’impression qu’il y a, depuis quelques jours, quelque chose qui cloche autour du premier citoyen congolais.

Pour des raisons qui échappent à l’intelligence de beaucoup d’entre nous, il se remarque qu’un mouvement d’agitation, aux motivations encore cachées, gagne malignement le cercle proche de Kabila. On assiste, dans le chef de quelques uns de ses proches à des sorties tout à fait malheureuses, hautement inopportunes et inutilement mauvaises pour l’image du chef.

Deux cas parmi tant d’autres. Au Bas-Congo où s’est déroulée une élection saluée des deux mains, dans le pays et par nombre de pays amis, des personnages sans qualités requises y font de l’agitation pour tout remettre à plat. Ils sont là mandatés par des gens n’ayant aucun pouvoir pour le faire. A croire vraiment qu’autour du Chef de l’Etat il y a des gens qui croient pouvoir tout se permettre. Sans la moindre conséquence, pensent-ils naïvement.

Et comme si cela ne suffisait pas, cette semaine, de manière toujours inattendue, le Dircab de Kabila connu pourtant pour sa capacité de réserve et d’écoute, s’est répandu dans la presse pour parler d’une matière qui relève pourtant de la compétence de l’exécutif national.

Dans beaucoup de milieux, cela donne l’impression que l’on fait tout pour forcer Kabila à faire plus ce que veulent certains de ses collaborateurs plutôt que d’exaucer  les vœux du grand nombre. Ceux qui l’ont élu à la magistrature suprême.

Dans les deux cas, le sentiment prévaut qu’on est à un tournant qui peut nous mener à des pouvoirs parallèles dont on connait la nuisance et l’inefficacité partout où ils ont été opérationnels.

A Matadi, il faut laisser les plénipotentiaires de MP gérer leurs problèmes internes. Et laisser le gouverneur légalement élu travailler dans la tranquillité la plus totale.

Tandis qu’à Kinshasa, le pouvoir ne perd rien à laisser ceux qui ont la gestion de la République à continuer  à faire leur travail dans la sérénité sans chercher à leur mettre des peaux de banane sous les pieds.

Il ne faut pas faire semblant d’aider Kabila en ouvrant pour lui plusieurs fronts dont il n’a présentement pas besoin.

Il a d’autres urgences. Et il doit impérativement demeurer dans son rôle de garant de la Nation et de l’Eglise au milieu du village.

Car lorsque ça ne va pas, et que la population crie et l’extérieur murmure, on  ne pointe  du doigt qu’un seul coupable : Kabila. Il faut l’aider par conséquent à résoudre les vrais problèmes pour lesquels il a été élu, au lieu de l’entraîner dans la forêt des intérêts individuels au contour imprécis.

Mankenda Voka

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s