Zones sous contrôle rebelle au Nord Kivu, règne des graves exactions contre les populations

Chaque jour qui passe, c’est le chemin de la croix pour les populations du Nord Kivu se trouvant dans les territoires sous contrôle des groupes armés. Ces compatriotes n’en finissent d’être l’objet des graves exactions.

Le porte-parole militaire de la Monusco, Félix Prosper Basse, a déploré la fréquence inquiétante de ces traitements inhumains, hier mercredi 31 octobre 2012, au cours du point de presse hebdomadaire des Nations Unies.

La situation sécuritaire dans la province du Nord Kivu, a-t-il dit, reste tendue et imprévisible à cause des graves violations des droits de l’homme perpétrées sur les populations locales notamment par les mutins du Mouvement du 23 Mars (M 23), les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), les Maï Maï Nyatura et les Rahiya Mutomboki.

Ces actes de violation des droits humains commis sur les populations civiles, précise le porte-parole militaire de la mission onusienne,  se caractérisent par des viols, enlèvements, détentions arbitraires, taxations illégales, actes de banditisme, pillages et incendies de maisons.

La plupart de faits répréhensifs déplorés sont surtout commis dans le territoire de Rutshuru, où les mutins du M 23 occupent une bonne partie de localités. Ils tiennent l’administration et font payer les taxes à la population. Ils sont également accusés de procéder au recrutement forcé des civils, pire, des enfants. Ceux qui résistent sont torturés, humiliés, les moins chanceux sont tués.

Justement pour atténuer tant soit peu ces violations graves des droits de l’homme, la Monusco, a dans le cadre de sa mission de protection des populations civiles déployé des postes opérationnels dans certaines zones tenues par le M 23 comme à Katale, Rubare, Kiwanja, Ishasha…  » Nous sommes là pour remplir notre mission. A ce que je sache, notre mandat n’est pas limitatif sur le territoire congolais. Certes, il y a beaucoup à faire, mais nous faisons ce que nous pouvons et nous ne pouvons pas être partout à la fois « , a affirmé le lieutenant-colonel Félix Prosper Basse.

 

Une présence robuste des forces onusiennes à Pinga

En dépit de ce qui précède, le porte-parole militaire de la mission onusienne rassure que, une présence robuste des forces de la Monusco est maintenue dans les régions affectées par les forces négatives.  » Les Forces spéciales jordaniennes déployées à cet effet à Pinga dans le cadre de l’opération unilatérale Usalama Idadi (La Paix certaine), contrôlent toujours cette localité afin de faciliter le déploiement des troupes des FARDC dans la zone « , a-t-il mentionné.

Dans l’entre-temps, des patrouilles intensives régulières continuent d’être menées par les postes opérationnels des forces de la Monusco déployés dans les localités de Kibati et de Mugunga, dans le cadre de l’opération unilatérale Nguvu ukuta (Muraille renforcée, en anglais Strong wall).

En ce qui concerne la protection du chef-lieu de la province du Nord Kivu, Goma,  contre une éventuelle attaque des groupes armés  un dispositif sécuritaire important est mis en place. A Goma et environs, soutient le porte-parole militaire de la mission onusienne, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) soutenues par les forces de la Monusco maintiennent fermement leurs positions de défense, afin d’y interdire toute incursion des éléments du M 23 ou d’autres groupes armés et de protéger au même moment les populations civiles.

La Monusco renseigne que, entre le 14 et le 20 octobre dernier, plus ou moins 68 éléments Maï Maï Rahiya Mutomboki ont été tués, des armes et munitions récupérées, au cours des opérations de bouclage et de ratissage menées par les FARDC dans les régions de Binakua, Dongi et Itebero.

Par ailleurs, grâce aux patrouilles motorisées d’intervention rapide des forces de la Monusco déployées le 23 octobre dernier à partir des postes opérationnels de Katale et de Rugari, les 6O membres de deux équipes de football en déplacement de Goma vers Beni, kidnappés par des combattants M 23 à Rumangabo, dans le territoire de Rutshuru, ont été relâchés.

En fait, suite aux injonctions fermes des éléments de la Monusco et aux bons offices des autorités locales et coutumières, ils ont été libérés, avant d’être conduits sous bonne escorte des casques bleus vers Katale et Kiwanja.

Dans le cadre du plan de protection interne de la ville de Goma, des patrouilles d’intervention rapide diurnes et nocturnes ont été menées du 23 au 25 octobre dernier à travers la ville, dans le but de dissuader toute attaque armée, rassurer et protéger les populations civiles.

 

Echanges de tirs entre éléments FARDC à Sange

Pas plus tard que le 25 octobre dernier, un soldat des FARDC, un garde forestier de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et un civil, ont été tués à la suite d’une embuscade tendue par les Maï Maï en débarquant de leurs embarcations à Vitshumbi. Quatre autres éléments de l’ICCN et des FARDC, y compris un civil membre de l’équipage, ont été blessés.

Alors que le 28 octobre dernier, indique-t-on, des civils fuyant les échanges de tirs à l’arme légère et lourde entre les soldats FARDC, sont allés s’abriter au poste opérationnel des forces de la Monusco de Sange.

Le même jour, une patrouille motorisée robuste des forces de la Monusco a été conduite du poste opérationnel de Kiwanja à Tchengerero, dans le but d’évaluer la situation sécuritaire prévalant sur l’axe Burai-Bunagana, suite aux rapports faisant état de la présence d’une coalition de forces extérieures et du M 23 dans la région.

Dovin Ntelolo Diasonga  

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s