Pour se soustraire des poursuites judiciaires, des comptables d’Etat et des agents payeurs en fuite

L’opération de  bancarisation de la paie des fonctionnaires de l’Etat et des enseignants poursuit son bonhomme de chemin. En octobre prochain, ce sera le tour des policiers et des militaires d’être payés par voie bancaire.

Selon  le Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon, cette opération couvrira toute l’étendue du territoire national. Elle atteindra les agents et fonctionnaires de l’Etat, les policiers et soldats œuvrant même dans le fin fond du pays où seront installées des banques commerciales mobiles à cette fin. Toujours selon le Premier ministre, jusqu’au 31 décembre 2012, tout le monde sera payé par la banque.

Cette opération a rencontré un grand succès. Rien que pour la ville de Kinshasa où cette opération a été lancée, on a dénombré des reliquats de l’ordre de 2.290 milliards de francs congolais. Cette information a été livrée à la presse par Daniel Mukoko Samba, vice-Premier ministre et ministre du Budget. Ce montant couvre la période de septembre 2011 à juillet 2012.

Satisfait de cette opération, le Premier ministre Augustin Matata Ponyo Mapon envisage d’initier  des enquêtes imminente mieux, des investigations judiciaires pour déceler les fictifs et ceux qui les ont laissés vivre paisiblement aux mamelles du trésor public. Parmi eux, il y a des comptables d’Etat, des agents payeurs, des gestionnaires des crédits. Il faut ajouter à ceux-là, des secrétaires généraux de l’administration publique qui ont encouragé des engagements sentimentaux du personnel appelé communément Nouvelle unité(NU).

Ces agents fictifs (nouvelles unités) étaient surtout recrutés parmi leurs fils, frères, sœurs, belles-sœurs, beaux-frères, nièces, neveux, cousines et cousins.

Ayant été mis au parfum de la décision du chef de gouvernement de traquer jusqu’à leur moindre retranchement, comme pour dire :  » un homme averti en vaut deux « , des comptables d’Etat, des agents payeurs et des gestionnaires des crédits ont pris la poudre d’escampette, plutôt ils ont pris leurs jambes au cou pour se soustraire des poursuites judiciaires.

Une discrétion s’impose

Selon certaines indiscrétions recueillies dans les couloirs du bâtiment administratif de la Fonction publique, certains parmi eux ont vendu leurs biens meubles et immeubles pour fuir en Europe avec leurs membres de famille, de façon à être à l’abri des sanctions judiciaires en perspective…

Pour une action beaucoup plus concertée, il serait normal qu’à la longue, le gouvernement Matata Ponyo puisse donner sa langue au chat quant aux sanctions disciplinaires à prendre contre les malfaiteurs. Une discrétion donc s’impose au sein du gouvernement. Le mieux serait de les surprendre ; pour les cueillir comme des rats dans leurs trous.

Ce n’est qu’une partie remise. Les détourneurs des fonds de l’Etat ne sont pas aujourd’hui tranquilles partout où ils peuvent se retrouver. Ils auront toujours une conscience surchargée. Toutefois, qu’on se le dise, on n’est mieux chez soi qu’en exil…

Nsuami Nienga

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s