Après le virus Ebola, la maladie de Creutzfeldt-Jakob, le sida…

 nouvelle maladie qui inquiète la planète

Le monde est de nouveau face à une nouvelle maladie, totalement inconnue. Qui va l’inquiéter les jours à venir. Elle arrive d’Asie et cette pathologie vient de faire l’objet d’une première étude épidémiologique. Ce qui fait peur : les symptômes sont similaires au sida. Elle a déjà fait une centaine de victimes en six mois et son origine remonterait en 2004. Quoique cette maladie ne soit apparemment pas transmissible, elle doit être prise au sérieuse, prévient Jean-François Delfraissy directeur de l’Agence nationale de recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS) et directeur de l’Institut Microbiologie et maladies infectieuses, à Paris.

 

Cette nouvelle pathologie n’a même pas encore de nom. Pour la désigner, l’équipe de chercheurs thaïlandais, taïwanais et les Américains du laboratoire des allergies et des maladies infectieuses du Maryland décrivent ses  » symptômes similaires à ceux du sida « .

Cette maladie inconnue, caractérisée par une déficience immunitaire soudaine d’adultes qui ne sont pourtant pas porteurs du virus du sida, vient de faire l’objet d’une étude épidémiologique aux résultats significatifs : elle recense une centaine de patients en six mois, pour la plupart d’origine asiatique et âgés d’une cinquantaine d’années, dont l’organisme semble s’être brutalement mis à détruire ses propres interférons, un anticorps qui nous protège contre certains virus, bactéries et autres parasites, voire contre des cellules tumorales.

Les interférons sont d’ailleurs utilisés dans le traitement de maladies virales telles que l’hépatite C, le VIH ainsi qu’en cancérologie, rapporte-t-on.

Le docteur Sarah Brown, principale auteur du compte rendu publié cette semaine dans le  » New England Journal of Medecine « , a déclaré que cette maladie étrangement localisée sur le continent asiatique a fait assurément de bien plus nombreuses victimes que la centaine ciblée pendant six mois d’observation, selon le Parisien.

Les premiers cas remonteraient en réalité à 2004, et des centaines, peut-être des milliers d’autres, ont pu faire les frais de  » méprises de diagnostic « , et seraient passés pour des tuberculoses, ainsi qu’avance la scientifique. La faute à leurs symptômes, tellement semblables à ceux de l’infection pulmonaire beaucoup plus répandue que cette maladie sans nom ni cause. La grande différence, comme l’ont néanmoins constaté les chercheurs, c’est que  » l’inconnue  » n’est pas contagieuse.

L’un des défis des chercheurs virologues et immunologues est de répondre si la maladie inconnue s’annonce comme un fléau comparable au sida, dont elle reprend aussi les symptômes principaux. Voilà entre autres défis qui intrigue et inquiète ces chercheurs.

 » C’est un enjeu passionnant, et ce n’est pas la première maladie auto-immune dont l’on ne comprend pas l’origine! « , s’enthousiasme le professeur Didier Raoult, directeur de l’unité de recherche en maladies infectieuses et tropicales émergentes (Urmite) de Marseille, en rappelant  » l’un des exemples les plus connus, le lupus « , (NDLR : dont le nom vient des lésions dermatologiques qu’elle provoque au visage, en forme de masque de loup) qui a fait l’objet de dizaines de milliers de travaux et qui reste un mystère.  » L’étude est pour nous le début d’une histoire, estime le professeur Raoult. Pour l’instant, nous avons la description de quelque chose, alors on va tâcher d’évaluer sa gravité, son ampleur, son mode de déclenchement, de savoir si elle est spécifique à cette région d’Asie ou si on la rencontre partout dans le monde, de savoir si elle a fait des morts, etc. Et comme en plus, il y a des chances que l’on puisse y trouver un traitement, c’est fantastique « , prédit-il. Dans son unité, une enquête épidémiologique va être menée.  » Nous allons mener des tests auprès de personnes montrant les mêmes symptômes et non porteurs du VIH, pour savoir s’il y a des cas en France « , explique Didier Raoult.

 

Beaucoup de nouvelles maladies émergentes

Identifier la cause de la maladie inconnue reste plus aléatoire.  » Chaque époque a ses peurs, souligne le scientifique, et lorsqu’on ne peut expliquer quelque chose, dans notre société où l’on veut tout expliquer, on fait souvent de ces peurs des causes de maladies.  » Or, rien ne permet de mettre en cause l’environnement, la génétique ou tout autre facteur.

Beaucoup de questions se posent sur cette maladie. S’agit-il d’une pathologie liée à des mutations génétiques ? Ou aussi une maladie qui existait déjà, mais que les chercheurs ne connaissaient pas car ils ne disposaient pas des outils pour l’identifier ? Pourquoi a-t-elle été détectée en Asie ? Ces maladies peuvent-elles affecter les autres continents ?

A l’avant-dernière question, Jean-François Delfraissy,  directeur de l’Agence nationale de recherches sur le SIDA et les hépatites virales (ANRS), répond qu’en Asie du Sud-est, la densité de population, les conditions d’hygiène et l’interaction entre les hommes, les animaux et leur environnement sont propices à la survenue de nouveaux virus, notamment grippaux. Beaucoup de nouvelles maladies émergentes, liées à des agents pathogènes, des mutations de virus existants ou des bactéries devenues multi résistantes, vont venir d’Asie.

A la dernière question, cet immunologiste clinicien répond que   » la majorité des maladies émergentes survient dans des zones subtropicales et est propagée via la déforestation, les voyages en avion, les mouvements humains plus importants et les changements climatiques. C’est le cas, dit-il, du chikungunya ou du virus du Nil occidental qui n’existait pas aux Etats-Unis et est désormais décrit depuis cinq ans dans certaines zones de la côte Est américaine. Grâce aux progrès de la biologie, nous arrivons à détecter ou à mieux comprendre plusieurs dizaines de nouvelles maladies ou virus chaque année.  »

Kléber Kungu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s