Afrique du Sud : Lonmin repousse son ultimatum aux grévistes

La direction de Lonmin cherche l’apaisement. Le groupe a repoussé à mardi 21 août son ultimatum exigeant que les grévistes reprennent le travail à la mine de platine de Marikana, dans le nord de l’Afrique du Sud, où trente-quatre mineurs ont été tués jeudi par la police.

« Après des consultations avec plusieurs représentants syndicaux aujourd’hui [lundi], l’entreprise peut annoncer que les mineurs en grève illégale qui n’ont pas repris le travail ce matin ne seront pas licenciés, et qu’il leur a été accordé un jour de plus, à la lumière des circonstances actuelles », déclare Lonmin dans un communiqué.

L’entreprise n’évoque cependant nulle part les revendications salariales, à l’origine de la grève sauvage qui a dégénéré en violences. Et elle rappelle que son ultimatum n’est pas levé, menaçant les récalcitrants de « mesures disciplinaires ». L’expression « menace de licenciement », employé dans les précédents communiqués, a pourtant disparu.

 

UN MINEUR SUR QUATRE AU TRAVAIL

Selon la direction, un mineur sur quatre environ – 27 % des travailleurs de la rotation du matin – était présent à son poste lundi à la mine de Marikana, alors que, non loin, un millier d’hommes s’étaient regroupés, refusant toujours dereprendre le travail malgré l’ultimatum de Lonmin, qui menace de licencier les récalcitrants.

De leur côté, les dirigeants des syndicats étaient réunis pour décider de la conduite à tenir. « Ils peuvent nous virer s’ils le veulent, nous ne retournons pas au travail. [Jacob] Zuma [le président sud-africain] doit fermer cette mine », a dit l’un des mineurs présent au rassemblement, s’adressant à ses collègues.

Lire : Retour en images sur le massacre de Marikana

La direction de la mine avait annoncé qu’elle ne demanderait pas à ses employés non grévistes de reprendre leur poste si la police considérait qu’ils étaient en danger. « On ne demandera à personne de reprendre le travail si la police considère qu’il y a un danger de représailles » de la part des grévistes, a affirméSimon Scott, un haut responsable de Lonmin, cité dans le communiqué de la firme publié dans la nuit de dimanche à lundi.

 

JOUR DE DEUIL NATIONAL EN AFRIQUE DU SUD

Les grévistes qui avaient déclenché un mouvement le 10 août étaient environ trois mille au total, sur les plus de trente mille personnes qu’emploie la mine. Le chiffre, avancé par la direction, n’a pas pu être vérifié auprès d’autres sources. Dimanche, de nombreux ouvriers avaient clairement indiqué qu’ils n’entendaient pas seconformer à l’ultimatum aussi longtemps que la direction n’aurait pas entendu leurs revendications salariales.

Lonmin, l’exploitant de la mine de platine, s’est contenté de faire savoir que ses dirigeants étaient également en réunion lundi matin. Dans la nuit, la direction avait confirmé sa menace de licencier les grévistes qui refuseraient de reprendre leur poste lundi. Le syndicat AMCU, qui avait encouragé la grève sauvage et avait réclamé un triplement des salaires des mineurs (à 1 250 euros contre 400 euros actuellement), avait aussi réuni ses dirigeants lundi. « Nous sommes encore en réunion pour discuter de la question », a indiqué à l’AFP le trésorier du syndicat,Jimmy Gama.

Une semaine de violences dans un conflit minier en Afrique du Sud

L’intervention policière de jeudi a fait trente-quatre morts et soixante-dix-huit blessés, selon la police, qui a aussi arrêté deux cent cinquante-neuf personnes. Une enquête doit déterminer exactement les circonstances du déclenchement de la fusillade. La police affirme avoir agi en état de légitime défense, face à des mineurs armés d’armes blanches qui chargeaient.

Le Monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s